Comme si c'était toi

 

Mhairi McFarlane

 

 

(Mylady poche)

 

Les années lycées étaient un cauchemar pour Anna car son poids a fait d'elle le souffre-douleur de l'école. Son pire souvenir reste lié à James, dont elle était secrètement amoureuse et voilà que 10 ans plus tard, le destin les remet sur le même chemin. Mais Anna a changé : elle est devenue une belle jeune femme, sûre d'elle (au moins en apparence). James ne la reconnaît pas et elle préfère lui taire son identité car ils doivent travailler ensemble.

 

James sympathise avec elle et Anna, malgré l'humiliation qu'elle a endurée à cause de lui, découvre un jeune homme drôle et prévenant, et n'en demeure pas insensible.

 

 

 

Peut-être pas aussi éblouissant que le qualifie "The sun" mais un roman drôle et poignant (même s'il faut attendre quasiment la fin pour savoir ce que la jeune femme a véritablement enduré dans son enfance et adolescence) comme le juge "Kirkus"

 

J'ai noté quelques clins d'oeil à sa compatriote Jane Austen et son célèbre "Orgueil et Préjugés" :

 

Tout d'abord, Anna surprend la conversation entre James et son ami Laurence où James dit qu'Anna n'est "pas si canon que ça et pas mon genre", cela vous rappelle sans aucun doute à vous aussi les propos de Monsieur Darcy qui refuse d'inviter Lizzie Bennett lors de leur première rencontre.

 

Il y a ensuite le parallèle entre James qui "sauve" le mariage de la soeur d'Anna et Monsieur Darcy qui intervient sur celui de Lydia et Monsieur Wickham, même si les circonstances sont différentes et jusqu'à Anna qui remercie James au nom de ses parents qui ne sont pas au courant tout comme l'a fait Lizzie à Monsieur Darcy.

 

Et aussi, que Anna est la fille préférée de son père (Lizzie l'est de Monsieur Bennett) et la mère et la soeur d'Anna un tant soit peu frivoles et insouciantes (comme le sont la mère et deux - Lydia surtout - des soeurs de Lizzie.

 

Un roman plaisant à lire.

 

 

Les gens heureux lisent et boivent du café

 

Agnès Martin-Lugand

 

(Pocket)

 

 

Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture et ne parvient pas à dépasser ce drame.

 

Un an après, pour échapper à ses parents et à Félix, son meilleur ami et associé, elle s'exile dans un petit village d'Irlande.

 

Dès le début, son voisin se montre glacial et désagréable.

 

 

 

Ce roman, construit sur une trame classique est agréable à lire, navigant entre scène poignante et humour.

 

Le personnage d'Edward me semble toutefois plutôt déroutant : froid et grossier au début, son comportement devient compatissant et tendre lorsqu'il a connaissance du drame que Diane a traversé, pour redevenir froid et rustre au retour de Mégan, la femme qu'il a passionnément aimé.

 

 

 

Bonne lecture,